LA NUIT DE PAQUES …

 

La Prière de Paul Claudel sur la Nuit de Pâques « Entre le Samedi-Saint et Pâques, la nuit n’est pas faite pour dormir ! » : 

« A travers la fenêtre, sans rideau, depuis longtemps je vois une petite étoile me luire. Je ne dors pas. Mais entre le Samedi-Saint et Pâques, la nuit n’est pas faite pour dormir ! Les montagnes et les forêts attendent, elles m’entourent dans une émanation lumineuse. La pleine lune, pas à pas, élève, suspend sa face pieuse… Le soleil n’est pas levé encore : il y a une heure encore de cette immense solitude ! Il n’y a, pour garder le tombeau, que ces millions d’étoiles en armes, vigilantes depuis le pôle jusqu’au Sud ! Et tout à coup, dans le clair de lune, les cloches, en une grappe énorme dans le clocher, les cloches au milieu de la nuit, comme d’elles-mêmes, les cloches se sont mises à sonner ! On ne comprend pas ce qu’elles disent, elles parlent toutes à la fois ! Ce qui les empêche de parler, c’est l’amour, la surprise toutes ensemble de la joie ! Ce n’est pas un faible murmure, ce n’est pas cette langue au milieu de nous-mêmes suspendue qui commence à remuer ! C’est la cloche vers les quatre horizons chrétienne qui sonne à toute volée !… Vous qui dormez, ne craignez point, parce que c’est vrai que j’ai vaincu la mort ! J’étais mort, et je suis ressuscité dans mon âme et dans mon corps ! La loi du chaos est vaincue et le Tartare est souffleté ! La terre qui, dans un ouragan de cloches de toutes parts s’ébranle, vous apprend que je suis ressuscité ! Ainsi soit-il ! » 

 

CELEBRATION DE LA VIGILE PASCALE  SAMEDI 20 AVRIL A 21 H 30 AU CHRIST-ROI

 

Lien Permanent pour cet article : http://cormeilles.kto.free.fr/?p=1786

JEUDI SAINT 18 AVRIL 2019

                                            

                                                                                                                                                    C’est le jeudi précédant la fête de Pâques

Messe à 19 h 30 au Christ-Roi

Ce jour là, les chrétiens commémorent la Cène, le repas où Jésus a béni le pain et le vin pour la première fois. 

Jésus signifiait ainsi qu’il offrait son corps et son sang pour le salut du monde.

Les chrétiens se rappellent aussi que Jésus lava les pieds de ses apôtres les invitant ainsi à se faire les serviteurs

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://cormeilles.kto.free.fr/?p=1770

INCENDIE DE LA CATHEDRALE NOTRE-DAME DE PARIS

 

Notre-Dame de Paris  : Suite à l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, les évêques de France font part de leur tristesse et invitent les catholiques à être « toujours davantage les pierres vivantes de l’Eglise ». Lire les différents communiqués.

 

TOUTES LES CLOCHES DES CATHÉDRALES SONNERONT ce mercredi 17 avril 2019
L’incendie de la Cathédrale Notre-Dame de Paris est un choc bien au-delà des catholiques de notre pays.
Pour manifester la solidarité de tous les diocèses de France avec le diocèse de Paris, les cloches de toutes les cathédrales de France sonneront demain mercredi à 18h50, heure du début de l’incendie à Notre-Dame.

► Communiqués des évêques de France :

Alors que l’incendie dramatique a ravagé la cathédrale Notre-Dame, les évêques de France expriment leur immense tristesse et assure Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris de leur proximité et de leurs prières pour son diocèse.
Ils sont bien conscients que le rayonnement de Notre-Dame de Paris dépasse le cadre de la capitale et qu’elle restera un symbole majeur de la foi catholique et un lieu où tous, croyants et incroyants, peuvent se retrouver aux moments importants de l’histoire de notre pays.
En ce début de semaine sainte, ils invitent les catholiques à être toujours davantage les pierres vivantes de l’Eglise en vivant du mystère de la mort et de la résurrection du Christ, source de notre espérance.

► Message de Mgr Stanislas Lalanne : 

C’est avec une grande tristesse que Mgr Stanislas Lalanne exprime son soutien et ses prières aux catholiques de Paris ainsi qu’à tous les français émus par le drame qui touche la Cathédrale Notre-Dame de Paris.
Presque millénaire, ce grand lieu de culte catholique est le symbole de la France dans le monde entier. Au cœur de la capitale, elle est un repère pour tous les français, elle est incontestablement un recueil de chefs d’œuvre et d’événements historiques. C’est une grande désolation de voir ce patrimoine s’en aller.
C’est aussi « l’église mère » de l’Eglise de France qui est en flamme. Une grande tristesse ce soir nous envahit.

 

PARTICIPEZ À LA COLLECTE DE FONDS EN FAVEUR DE LA CATHÉDRALE NOTRE DAME DE PARIS

 

Appel aux 3,5 millions de propriétaires forestiers : Offrons un chêne pour la restauration de Notre-Dame

La Fondation Fransylva, émanation de Fransylva, fédération des sylviculteurs de France appelle les sylviculteurs et tous les français qui le souhaitent à offrir un chêne pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris. Un don peut être fait à la Fondation Fransylva qui s’engage à transformer les montants recueillis en chênes de France donnés au moment de la reconstruction.
Les forestiers souhaitent que cette  »forêt-charpente » soit reconstruite avec des chênes de France, dans la tradition et la qualité des premiers constructeurs. Ils s’engagent aussi à planter les chênes pour assurer la continuité de la forêt française. Le sylviculteur récolte ce qui a été planté par les générations précédentes et plante pour les générations futures.
La Fondation Fransylva, Forêts privées de France est hébergée par la Fondation du Patrimoine. Elle a pour objet la conservation du patrimoine sylvicole français et sa promotion pour une forêt vivante, assurant ses fonctions économiques et environnementale. Elle vise à la pérennité forestière et à la préparation de la forêt de demain, responsable et durable.
Vous pouvez participer et libeller votre chèque à l’ordre de Fondation Fransylva/Fondation du patrimoine/Notre Dame et l’envoyer à la Fondationdu patrimoine Fransylva 153 bis Avenue Charles de Gaulle, 92200 Neuilly sur Seine

Contacts : Victoire Reneaume : 06 68 33 39 55 et v.reneaume@ohwood.fr

 

Lien Permanent pour cet article : http://cormeilles.kto.free.fr/?p=2227

EDITO AVRIL 2019

 

Nous le savons, à l’occasion de Pâques, Dieu fait toutes choses nouvelles !!! Et c’est encore le cas cette année, Il a même anticipé !!! En effet, deux choses nouvelles arrivent en cette fin de carême.
La première a le goût aigre-doux du changement.

En effet, Monique Richard, fidèle secrétaire paroissiale depuis 25 ans, prend une retraite bien méritée !!!! Gilda Cardoso la remplace depuis le 18 mars. Pour être précis, nous sommes en période de tuilage afin que Monique accompagne Gilda dans sa prise de fonction et que la transmission de la mémoire de la fonction se fasse.

Par rapport à Monique, Gilda a deux particularités. Tout d’abord elle est rémunérée, à hauteur de 10h par semaine. Elle est donc présente à la paroisse le mardi matin, et les mercredi et jeudi après-midi. Ensuite, elle est en commun avec les paroisses d’Herblay et de Montigny où elle fait respectivement 18h et 7h. Ce secrétariat partagé a été mis en place afin de faciliter la réalisation du projet missionnaire du Parisis. Les échanges entre les paroisses seront plus rapides et plus souples et favoriseront une synergie de secteur.

La deuxième est le lancement du monastère invisible !! Qu’est-ce donc ?? La réflexion est partie de remarques faites par les paroissiens présents en maison de retraite qui regrettaient de ne pas avoir de lien avec la paroisse en dehors des visites qui leur sont faites. C’est ainsi qu’avec l’Équipe d’Animation Pastorale, et l’inspiration du P. Martin, nous avons décidé de lancer un monastère invisible. Ainsi, chaque mois, les paroissiens présents en maison de retraite recevront, avec le bulletin paroissial, une intention de prière pour laquelle ils seront invités à prier.

Et cela commence dès maintenant : il s’agit tout simplement de prier pour le conseil de la mission qui débute ce mois-ci. Le monastère invisible est ainsi chargé d’accompagner le lancement de cette nouvelle structure afin qu’elle réalise ce que Dieu veut.

Abbé Jean-Eudes Gilbert
Curé

Lien Permanent pour cet article : http://cormeilles.kto.free.fr/?p=2218

PROGRAMME DE LA SEMAINE SAINTE

Mardi 16 avril Messe Chrismale à 19h. à la Cathédrale de Pontoise

Jeudi 18 avril Jeudi Saint Messe du soir en mémoire de la Cène du Seigneur à 19 h 30 au Christ-Roi

Vendredi 19 avril Vendredi Saint

– A 7 h 30 Office des Ténèbres au Christ-Roi

– A 15 h CHEMIN DE CROIX à Saint Nicolas
– A 19 h Rendez-vous au Christ-Roi Passion du Seigneur
– A 19 h. 30 CHEMIN DE CROIX dans la ville – A 21 h. arrivée Saint Martin – Vénération et Ensevelissement de la Croix

Samedi 20 avril Vigile Pascale à 21 h. 30 au Christ-Roi

Dimanche 21 avril Dimanche de Pâques Messes à 11 h. au Christ-Roi

Lundi 22 avril Messe au Christ-Roi

Lien Permanent pour cet article : http://cormeilles.kto.free.fr/?p=2216

COMPTE-RENDU DU GRAND DEBAT A LA PAROISSE

 Le Grand Débat: Lien du compte rendu

Lien Permanent pour cet article : http://cormeilles.kto.free.fr/?p=2201

CAREME 2016 A AIX-LES-BAINS


Cure thérapeutique, spirituelle et grande lessive

Cette année, plus que jamais, ma charpente avait besoin de révision. Après la boue et autres vapeurs bienfaisantes, me voici sur le versant ensoleillé du Lac du Bourget à l’endroit, ombragé autrefois, où Lamartine ivre de bonheur écrivait : 

« O temps suspend ton vol et vous heures propices … »

 et l’année suivante, accablé de douleur, par la perte de son Elvire : … au même endroit,

« Un seu être vous manque et tout est dépeuplé »

Fragilité des bonheurs terrestres

 

A deux  pas de là, face à ce splendide lac, la tombe méconnue de Daniel Rops (1901-1965), auteur d’une monumentale Histoire de l’Eglise; Immotel car de l’Académie Française, Chevalier du Saint Sépulcre par la grâce du Pape Pie XII.
Me voici enfin devant celui sui m’accompagne depuis l’âge de 23 ans tout au long de mes déplacements professionnels dans l’exagone, lesquels m’obligeaient à sauter d’une bibliothèque à l’autre pour le lire, faute de domicile fixe et surtout d’instruction religieuse formelle, constante et consistante.
Et tout petit devant lui, de verser pieusement une grande rasade d’eau de javel sur ce granit qu’a envahi la mousse de l’oubli.
L’eau du ciel une heure plus tard lui rendra son aspect originel.
N’avais-je pas annoncé, plud haut « grande lessive » ?
De cette colline illuminée par de tels êtres, j’en redescends serein me répétant le titre d’une oeuvre de Daniel Rops  écrite en 1934  :

MORT OU EST TA VICTOIRE ?

Romain Rodaro

Lien Permanent pour cet article : http://cormeilles.kto.free.fr/?p=2193

MESSAGE DE SA SAINTETE LE PAPE FRANCOIS POUR LE CAREME 2019

« Aussi, la création attend avec un ardent désir
la révélation des enfants de Dieu » (Rm 8:19)

Chers frères et sœurs,

Chaque année, par l’intermédiaire de l’Église Mère, Dieu « nous donne cette saison joyeuse où nous nous préparons à célébrer le mystère pascal avec un esprit et un cœur renouvelés… en nous rappelant les grands événements qui nous ont donné une nouvelle vie en Christ » (Préface du Carême I). Nous pouvons ainsi cheminer de Pâques à Pâques vers l’accomplissement du salut que nous avons déjà reçu à la suite du mystère pascal du Christ – « car nous avons été sauvés dans l’espérance » (Rm 8:24). Ce mystère du salut, déjà à l’œuvre en nous durant notre vie terrestre, est un processus dynamique qui embrasse aussi l’histoire et toute la création. Comme le dit saint Paul, « la création attend avec un ardent désir la révélation des enfants de Dieu » (Rm 8:19). Dans cette perspective, je voudrais offrir quelques réflexions pour accompagner notre chemin de conversion pendant le Carême à venir.

1. La rédemption de la création

La célébration du Triduum pascal de la passion, de la mort et de la résurrection du Christ, point culminant de l’année liturgique, nous appelle chaque année à entreprendre un chemin de préparation, en sachant que notre être conforme au Christ (cf. Rom 8 :29) est un don inestimable de la miséricorde divine.

Quand nous vivons comme enfants de Dieu, rachetés, conduits par l’Esprit Saint (cf. Rm 8:14) et capables de reconnaître et d’obéir à la loi de Dieu, à commencer par la loi inscrite dans nos cœurs et dans la nature, nous profitons aussi à la création en coopérant à sa rédemption. C’est pourquoi saint Paul dit que la création aspire ardemment à la révélation des enfants de Dieu ; en d’autres termes, que tous ceux qui jouissent de la grâce du mystère pascal de Jésus puissent expérimenter son accomplissement dans la rédemption du corps humain même. Quand l’amour du Christ transfigure la vie des saints en esprit, corps et âme, ils rendent gloire à Dieu. Par la prière, la contemplation et l’art, ils incluent aussi d’autres créatures dans cette louange, comme nous le voyons admirablement exprimé dans le « Cantique des Créatures » de saint François d’Assise. Pourtant, dans ce monde, l’harmonie générée par la rédemption est constamment menacée par le pouvoir négatif du péché et de la mort.

2. Le pouvoir destructeur du péché

En effet, lorsque nous ne vivons pas comme des enfants de Dieu, nous nous comportons souvent d’une manière destructive envers nos voisins – et envers nous-mêmes aussi – puisque nous commençons à penser plus ou moins consciemment que nous pouvons les utiliser comme nous voulons. L’Intempérance prend alors le dessus : nous commençons à vivre une vie qui dépasse les limites imposées par notre condition humaine et la nature elle-même. Nous cédons à ces désirs débridés que le Livre de la Sagesse considère comme typiques des impies, ceux qui agissent sans penser à Dieu ni espérer en l’avenir (cf. 2:1-11). A moins de tendre constamment vers Pâques, vers l’horizon de la Résurrection, la mentalité exprimée dans les slogans « Je veux tout et je le veux maintenant » et « Trop n’est jamais assez », prend le dessus.

La racine de tout mal, comme nous le savons, est le péché qui, dès sa première apparition, a perturbé notre communion avec Dieu, les autres et la création elle-même, à laquelle nous sommes liés d’une manière particulière par notre corps. Cette rupture de communion avec Dieu sape également notre relation harmonieuse avec l’environnement dans lequel nous sommes appelés à vivre, de sorte que le jardin est devenu un désert (cf. Gn 3:17-18). Le péché conduit l’homme à se considérer comme le dieu de la création, à se considérer comme son maître absolu et à l’utiliser, non pas dans le but voulu par le Créateur mais pour ses propres intérêts, au détriment des autres créatures.

Une fois que la loi de Dieu, la loi de l’amour, est abandonnée, alors la loi du fort sur le faible prend le dessus. Le péché qui se cache dans le cœur humain (cf. Mc 7:20-23) prend la forme de l’avidité et de la poursuite effrénée du confort, du désintérêt pour le bien des autres et même pour soi-même. Elle conduit à l’exploitation de la création, des personnes et de l’environnement, par cette convoitise insatiable qui considère tout désir comme un droit et détruit tôt ou tard tous ceux qui sont en sa possession.


3. Le pouvoir de guérison de la repentance et du pardon

La création a besoin de toute urgence de la révélation des enfants de Dieu, qui ont été faits « une nouvelle création ». Car « si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle création ; l’ancien est mort ; voici, le nouveau est venu » (2 Cor 5:17). En effet, en vertu de leur révélation, la création elle-même peut célébrer une Pâque, s’ouvrant à un ciel nouveau et à une terre nouvelle (cf. Ap 21:1). Le chemin de Pâques exige que nous renouvelions nos visages et nos cœurs en tant que chrétiens par la repentance, la conversion et le pardon, afin de vivre pleinement l’abondante grâce du mystère pascal.

Ce « désir ardent », cette attente de toute la création, se réalisera dans la révélation des enfants de Dieu, c’est-à-dire lorsque les chrétiens et tous les hommes entreront de manière décisive dans le « travail » que suppose la conversion. Toute la création est appelée, avec nous, à sortir « de son esclavage pour se délabrer et obtenir la glorieuse liberté des enfants de Dieu » (Rm 8:21). Le Carême est un signe sacramentel de cette conversion. Elle invite les chrétiens à incarner plus profondément et concrètement le mystère pascal dans leur vie personnelle, familiale et sociale, surtout par le jeûne, la prière et l’aumône.

Jeûner, c’est-à-dire apprendre à changer notre attitude envers les autres et envers toute la création, nous détourner de la tentation de tout « dévorer » pour satisfaire notre voracité et être prêts à souffrir par amour, qui peut remplir le vide de notre cœur. La prière, qui nous enseigne à abandonner l’idolâtrie et l’autosuffisance de notre ego, et à reconnaître notre besoin du Seigneur et de sa miséricorde. L’aumône, par laquelle nous échappons à la folie d’accumuler tout pour nous dans l’illusion de croire que nous pouvons nous assurer un avenir qui ne nous appartient pas. Et ainsi redécouvrir la joie du dessein de Dieu pour la création et pour chacun de nous, qui est de l’aimer, lui, nos frères et sœurs, et le monde entier, et de trouver dans cet amour notre vrai bonheur.

Chers frères et sœurs, la période de « Carême » de quarante jours passée par le Fils de Dieu dans le désert avait pour but d’en faire à nouveau ce jardin de communion avec Dieu qu’il était avant le péché originel (cf. Mc 1:12-13 ; Is 51:3). Que le Carême soit cette année un cheminement sur ce même chemin, en portant l’espérance du Christ aussi à la création, afin qu’elle soit « libérée de son esclavage pour se délester et obtenir la glorieuse liberté des enfants de Dieu » (Rm 8:21). Ne laissons pas cette saison de grâce passer en vain !

Demandons à Dieu de nous aider à nous engager sur le chemin de la vraie conversion. Laissons de côté notre égoïsme et notre égocentrisme pour nous tourner vers la Pâque de Jésus. Restons aux côtés de nos frères et sœurs dans le besoin, en partageant avec eux nos biens spirituels et matériels. Ainsi, en accueillant concrètement la victoire du Christ sur le péché et la mort dans notre vie, nous rayonnerons aussi son pouvoir transformateur dans toute la création.

Vatican, le 4 octobre 2018
Fête de saint François d’Assise

FRANCISCUS P.P.

En savoir plus »

Lien Permanent pour cet article : http://cormeilles.kto.free.fr/?p=2191

Nous entrons en Carême

MESSE DES CENDRES 

MERCREDI 5 MARS A 19 H 30 AU CHRIST-ROI

Avec le mois de mars arrive l’entrée en carême qui débutera le premier mercredi de ce mois. Pour cette année, nous vous proposons de faire suite à la lettre du pape sur la pédophilie qui propose que, au moyen de la prière et de la pénitence, nous (entrions) en syntonie personnelle et communautaire avec (son) exhortation afin que grandisse parmi nous le don de la compassion, de la justice, de la prévention et de la réparation.

Cette invitation peut nous paraître curieuse. Après tout, qui parmi nous porte une responsabilité quelconque dans les drames encore récemment révélés, dont même de haut responsables de l’Église ont été reconnus coupables ?

Il est important pour chacun, à cette occasion tragique, de prendre le temps de méditer sur le mystère du mal, du Salut et de l’Église.

Depuis, des siècles, méditant l’Écriture, les croyants ont pris conscience d’une solidarité qui joue, tant positivement que négativement. Nous ne sommes pas des individus isolés les uns des autres dont les actions et les décisions sont sans conséquences pour l’ensemble. Cette solidarité joue à un niveau très profond qui touche à sens de notre existence et à notre capacité d’accueillir le Salut que Dieu nous donne.

Cela nous a été rappelé par St Paul : Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui, si un membre est à l’honneur, tous les membres partagent sa joie. (1Cor 12, 26). D’une certaine façon, en tirant un peu, nous pourrions dire : Si un membre pèche, tous les membres pèchent avec lui, si un membre est saint, tous les membres sont saints. Notre manque de solidarité peut nous rendre ces propos choquants, pourtant, c’est une réalité profonde qui est exprimée là et qui dit surtout notre force face au péché et au mal.

En effet, il ne s’agit pas de se lamenter sur notre solidarité dans la complicité pécheresse avec le mal, mais en faisant de nous un corps, le Christ nous a donné une force extraordinaire pour lutter contre Satan !!! Quand un se convertit, quand un est pardonné, quand un résiste à une tentation et repousse le mal, c’est tout le corps qui se convertit, qui est pardonné, qui résiste, qui repousse et qui, finalement, grandit en sainteté.

Sans doute pouvons-nous trouver que, au regard de l’actualité, le chemin est désespérément long. Voilà bien une des grandes tactiques du mal. Après s’être fait oublier, il fait croire qu’il n’y a que lui !!! Alors, nous ne voyons que les clercs reconnus coupables d’abus sexuels, nous ne voyons que le péché et nous sommes à nouveau aveuglés. Après avoir été aveuglé sur la présence du péché au sein des croyants, nous sommes maintenant aveuglés par la connaissance de sa présence. Mais tout cela nous amène à oublier une chose essentielle : nous appartenons à un corps saint ! Oui, l’Église est sainte, car le Christ l’a rendue sainte par son sacrifice.

En vivant ce temps de jeûne communautaire pendant le carême, je ne vous invite pas à demander que le mal et le péché réduisent chez les chrétiens, mais que le bien et le salut grandissent, que nous devenions plus conscients de ce que nous recevons dans les sacrements afin de le partager encore plus !!!! Pour le bien des membres de l’Église, pour le salut du monde et pour la gloire de Dieu !!!

 

Père Jean-Eudes GILBERT                                                                                                            Curé

Lien Permanent pour cet article : http://cormeilles.kto.free.fr/?p=2178

NEUVAINE DE PRIERE A L’ESPRIT SAINT

Le 17 février prochain, les paroissiens de Cormeilles/La Frette seront invités à
proposer d’éventuels candidats à l’élection des membres de notre futur
conseil de la mission. Pour nous y préparer, nous souhaitons nous engager
dans une neuvaine de prière à l’Esprit-Saint. Nous voulons qu’il nous éclaire
sur la façon dont Dieu veut que nous vivions la mission. Voici donc une
proposition pour vous soutenir dans ces neuf jours de prière qui nous
prépareront au 17 février.

 

Cliquer et télécharger à partir du pavé noir (en haut à droite de la feuille de prière) ou par le lien Neuvaine

Lien Permanent pour cet article : http://cormeilles.kto.free.fr/?p=2123

« La boussole pour le débat national »

 La boussole pour le débat national.

 width=240« À ce moment de notre histoire, nous pouvons apporter notre contribution pour aider notre société tout entière à surmonter la crise qu’elle traverse. Sans se substituer aux politiques, l’Église offre un espace pour faire grandir la fraternité. »[i] C’est en ces termes que nos évêques ont invité les catholiques et nos concitoyens à échanger par l’écoute, le respect mutuel et à faire des propositions dans le cadre du Grand débat lancé à l’initiative du Président de la République. C’est dans ce cadre que notre Paroisse va organiser un débat citoyen qui mérite notre attention et notre participation.

Pour les catholiques, la doctrine sociale est leur boussole. Son principe de base  » est que  les êtres humains sont et doivent être fondement, but et sujets de toutes les institutions où se manifeste la vie sociale« [ii]. Elle donne des points de repères pour guider notre agir sociétal. Il est bon d’en rappeler certains dans les temps que nous traversons: le respect de la dignité de la personne humaine, le développement intégral de tout l’homme et de tous les hommes, le bien commun, l’option préférentielle pour les pauvres, la solidarité, la destination universelle des biens, la subsidiarité, l’écologie intégrale, la valeur du travail humain, le combat pour la justice, la construction de la paix…

En savoir plus »

Lien Permanent pour cet article : http://cormeilles.kto.free.fr/?p=2038

… et la santé surtout !

… et la santé surtout !

Bien souvent lorsque nous nous souhaitons une bonne année, l’un des protagonistes prend la parole et ajoute en un éclat : « et la santé surtout ». Et il a raison, bien sûr. La santé est évidemment capitale. Néanmoins, il ne faudrait pas réduire la « santé » à la seule santé du corps ! Ce serait faire l’impasse sur la santé spirituelle, elle aussi primordiale ! En effet, à quoi me sert un corps en forme si je suis spirituellement mort ? C’est ainsi que le souhait traditionnel d’une « bonne santé » signifie aussi, et peut être d’abord, l’espérance d’une « bonne sainteté ».

Et puisque notre santé spirituelle est si importante, il est logique de s’en occuper au moins aussi bien que de notre santé corporelle. Pour cela, Dieu nous offre des moyens :

Le corps a une nourriture saine ; la vie spirituelle a l’Eucharistie et la Parole de Dieu.

Le corps a son jogging ; la vie spirituelle a le service en paroisse et en famille.

Le corps a son hygiène propre ; la vie spirituelle a la confession et le pardon.

Le corps a son système immunitaire ; la vie spirituelle a de bonnes habitudes.

Le corps a son médecin ; la vie spirituelle a la relecture sous l’action de l’Esprit Saint.

Le corps a ses médicaments ; la vie spirituelle a une vie de saint ouverte sur la table de chevet.

Alors prenons nos vœux au sérieux, et souhaitons nous vraiment une « bonne santé ». Décidons ensemble de faire de notre croissance spirituelle la priorité de cette année 2019.

Alors Dieu sera glorifié par la vie de cette belle paroisse.

 

À tous, à nouveau, bonne année ! … et la sainteté surtout !

 

Père Martin de Hédouville +

Lien Permanent pour cet article : http://cormeilles.kto.free.fr/?p=2029

MESSAGE DE NOEL DE MONSEIGNEUR LALANNE

 

Stanislas Lalanne

Evêque de Pontoise

Le 21 décembre 2018

Message de Noël

Une mission extraordinaire et toute simple à la fois

Chers amis,

Je suis très heureux de vous adresser ces quelques mots à l’occasion de la fête de Noël. Pour les chrétiens, c’est un temps privilégié qui les invite à l’espérance.

Alors que nous vivons des temps rudes et incertains, je crois que les chrétiens ont une responsabilité toute particulière : la mission essentielle d’appeler leurs contemporains à l’espérance.

C’est pour cette raison que les évêques de France ont récemment publié un appel à tous les catholiques et à toutes les personnes de bonne volonté, les engageant à se rencontrer pour échanger sur les difficultés que nous vivons, sur les épreuves que nous traversons.

Dans ce contexte difficile, parfois violent, je souhaite aujourd’hui partager un mot que j’aime beaucoup : c’est le mot « bienveillance ». La bienveillance, c’est ce regard qui dit à l’autre : « j’espère en toi », « je crois en toi », « tu es capable d’aimer », « tu es capable de donner et de te donner ! ». Ce regard, c’est celui du Christ. Il a le pouvoir de relever, tout particulièrement celui qui est le plus fragile.Nous, les évêques, « constatons que notre démocratie manque de lieux d’échange et de réflexion qui pourraient permettre l’émergence à une large échelle de suggestions positives élaborées ensemble ». Car il s’agit bien d’inventer l’avenir. Il s’agit de partager sur les questions fondamentales qui nous habitent tous. Et nous touchons là au sens même de la vie.

Et si nous portions tous ce regard de bienveillance ? En voilà une belle mission ! Une mission extraordinaire et toute simple à la fois. Habités par l’esprit de Noël, osons porter un vrai et bon regard d’espérance sur celles et ceux qui nous entourent.

Chers amis, célébrons joyeusement cette belle fête de Noël où Dieu se fait l’un d’entre nous. Faisons mémoire de sa présence quotidienne. Et, surtout, racontons dans notre entourage toutes ces merveilles que Dieu ne cesse de faire dans nos vies. Ainsi, l’espérance grandira. Elle deviendra contagieuse !

Très bon temps de Noël à chacune et chacun de vous.

Lien Permanent pour cet article : http://cormeilles.kto.free.fr/?p=2016

Un vitrail pour l’an neuf

MARDI 1er JANVIER 2019

MESSE A 11 h. AU CHRIST-ROI

Seigneur,

Tu m’offres cette nouvelle année
comme un vitrail à rassembler
avec les 365 morceaux de toutes les couleurs
qui représentent les jours de ma vie.

J’y mettrai le rouge de mon amour et de mon enthousiasme,
le mauve de mes peines et de mes deuils,
le vert de mes espoirs et le rose de mes rêves,
le bleu ou le gris de mes engagements ou de mes luttes,
le jaune et l’or de mes moissons…

Je réserverai le blanc pour les jours ordinaires
et le noir pour ceux où tu seras absent.

Je cimenterai tout par la prière de ma foi
et par ma confiance sereine en toi.

Seigneur, je te demande simplement d’illuminer,
de l’intérieur ce vitrail de ma vie,
par la lumière de ta présence
et par le feu de ton esprit de vie.

Ainsi, par transparence,
ceux que je rencontrerai cette année, 
y découvriront peut-être,
le visage de ton Fils bien aimé
Jésus Christ, notre Seigneur.

Amen.

Cette prière est extraite du livre  »Rythmes et spirales vers Dieu » de Gaston Lecleir 

Lien Permanent pour cet article : http://cormeilles.kto.free.fr/?p=1997

NOEL à Cormeilles La Frette

Pour un seul chant de joie d’un bout à l’autre de la Terre

Que des milliers de voix viennent fêter cette Lumière.

Pour un seul chant de paix d’un cœur à l’autre sur la Terre

Pour des milliers d’années venez cueillir cette Lumière.

Pour un seul chant d’amour des uns aux autres sur la Terre

Pour des milliers de jours faites passer cette Lumière

Danielle Sciaky,

 

Horaires des messes de Noël à Cormeilles et La Frette

 

Lundi 24 décembre

Mardi 25 décembre

A 15 h à Saint-Nicolas

A 11 h au Christ-Roi

A 18 h à Saint-Martin

A 20 h 30 au Christ-Roi
(précédée à 20 h d’une veillée à l’orgue)

Lien Permanent pour cet article : http://cormeilles.kto.free.fr/?p=1658

Articles plus anciens «